dimanche 12 juin 2016

Histoire des Unités de maintien de l’ordre en France Partie 1 - Du 19ème Siècle à 1968

Histoire des Unités de maintien de l’ordre 
en France 



La France est connue pour ses manifestations mais aussi ses émeutes. 
Voici l’histoire des unités françaises du maintien de l’ordre
 à partir du 19ème siècle à nos jours :

Partie 1 - Du 19ème Siècle à 1968


Le XIXème siècle voit l’arrivée de la révolution industrielle. Cette révolution s’accompagne de méthodes de travail dures dans le monde ouvrier, 
et celui-ci va se battre pour obtenir des droits pour le travail..

A cette époque, la paix civile est assurée par l’Armée. La révolte des « Canuts » (ouvriers tisserands de Lyon) en 1831 a lieu dans cette ville. Le cri de colère de ceux-ci est "Vivre libre en travaillant ou mourir en combattant". La monarchie française envoie 20.000 hommes de troupes et 150 canons 
pour réprimer « l’émeute ».

Ces années sont encore marquées par la Révolution Française de 1789, et les manifestants prennent souvent les armes 
et dressent des barricades bloquant des villes.


En mars 1871, suite à une révolte populaire, la Commune de Paris est créé. Elle sera écrasée quelques semaines plus tard: 25.000 travailleurs parisiens seront massacrés, il y aura plus de 38.000 arrestations et 13.700 seront condamnés à des peines allant jusqu’à 90 ans de prison.



En avril 1891, dans la ville de Fourmies, un rassemblement d’ouvriers est prévu pour le 1er mai de cette même année pour dénoncer leurs conditions de travail. Les patrons de cette ville tentent de dissuader la tenue de ce regroupement et font part au Maire de leurs inquiétudes de débordements. Le Maire va demander un renfort de troupes au sous préfet. Celui-ci mobilise 2 compagnies d’infanterie.



Une échauffourée éclate avec des gendarmes à cheval et 4 manifestants sont arrêtés le matin. La journée reste calme. C’est en fin de journée que plus de 200 manifestants se rapprochent de la Mairie pour demander leurs libérations. En face d’eux, 300 soldats équipés de fusil. Des pierres sont lancés dans leur direction, 
et la foule commence à pousser.


C’est alors qu’un officier ordonne de tirer en l’air. Rien ne change. Il crie alors : « Feu ! Feu ! Feu Rapide ! Visez le porte drapeau !!! La fusillade va faire une trentaine de blessés et 9 morts dont une jeune fille de 18 ans, un enfant de 11 ans et un jeune conscrit de 21 ans.



Prémonition ? L’écrivain français Emile ZOLA écrit un roman en 1884 sur une grève dans une compagnie qui extrait du charbon et dont cette grève très dure se finit par l’intervention de soldats envoyés pour rétablir l’ordre.


En 1963, un film est réalisé sur la trame du livre,



Ainsi qu’en 1993, avec le chanteur RENAUD; l'actrice Miou-Miou et l’acteur Gérard DEPARDIEU.



Par la suite d’autres mouvements populaires auront lieu pour manifester et la réponse sera toujours la même : les hommes de troupes ou des pelotons de cuirassiers (soldats à cheval) seront envoyés pour s’interposer avec les risques face à des armes et des sabres.




On peut voir ici à Paris en 1908, l’armée qui fait face aux manifestants du 1er mai. Souvent les femmes et les enfants sont placés en premières lignes pour dissuader les militaires de charger ou de tirer.



Dans les autres pays, les méthodes sont identiques: L’armée chargeant sur les manifestants comme sur le dessin ci-dessus à Montréal.


Sur la photo ci-dessus de 1914, on peut voir des policiers municipaux lillois et des gendarmes à cheval, sans leurs chevaux, en train de porter un manifestant. On distingue aussi des hommes coiffés de canotiers qui le porte. Ce sont en faite des policiers en civil surnommé Inspecteur "en bourgeois".



Après le conflit de la grande guerre de 1914-1918 et face à de nombreuses tensions dans le pays, les pouvoirs publics mettent à l’ordre du jour, la création d’une force militaire spéciale du Maintien de l’ordre. Est alors créé en 1922, des pelotons mobiles de la Gendarmerie qui encadreront les brigades de gendarmerie départementale. Elles sont constituées  au départ de 8 pelotons à pied et 9 pelotons à cheval. Chaque peloton comptant 40 hommes en province et 60 à Paris.



C’est en 1926 que véritablement sont constitués les GRM (Garde Républicaines Mobiles). La doctrine d’alors est de "maintenir les manifestants à distance,  éviter de blesser ou de tuer le plus possible."


Le 6 février 1934 éclate des affrontements suite à une manifestation antiparlementaire organisée à Paris devant la Chambre des Députés. La manifestation tourna à l’émeute violente sur la place de la Concorde , à coups de pierres de charbon, de petites lames fichées au bout de bâtons, de billes d’acier  mais aussi de balles de revolvers.Ce drame fit 15 morts immédiats sur une totalité de 37 morts en comptant les morts ultérieurs et plus de 2.000 blessés.


Durant les années 30, la tactique des GRM sera de canaliser les manifestants dans la rue en bloquant des rues adjacentes et l’usage des armes à feu devient marginal.  Cependant les moyens pour repousser les manifestants seront la débrouille et ce qui tombe sous la main : renvoi des projectiles lancés par les manifestants, coups de ceinturon et poings sur la figure ou l'aide des pompiers pour repousser  les manifestants grâce aux lances à incendies !!!


En 1939, la GRM comprendra plus de 21.000 hommes. Si avant la Guerre de 14-18, c’était l’armée qui était employée dans des opérations de maintien de l’ordre, après guerre, il n’est plus question d’appeler la troupe régulière, mais les unités de la GRM.


Le gaz lacrymogène existe mais est très peu utilisé dans l’entre 2 guerres, car il est associé au traumatisme des armes chimiques utilisés 
pendant la première guerre mondiale.


A la libération de 1945, une nouvelle force voit le jour : les Compagnies Républicaines de Sécurité (CRS). Les grèves de 1947 vont permettre aux CRS, issus du Monde de la Police, d'intervenir et vont utiliser pour la première fois 
des gaz lacrymogènes.


Le gaz lacrymogène  est considéré comme le dernier recours 
avant l’utilisation des armes à feu….



En 1950, des canons à eau sont utilisés par la Préfecture de police. Montés sur des camions. Ils permettent de mouiller et repousser les manifestants. Dans les années 30, c’était, comme déjà écrit, les pompiers qui repoussaient des manifestants avec des lances incendies branchées sur des bouches d’incendie de rues…


Au fil des années, ces véhicules évolueront avec des engins qui permettront de casser des barricades comme ici fin des années 70,


Et ici le dernier véhicule des CRS 

Vidéo de ce camion pompe des CRS



En 1960, des CRS et gendarmes mobiles seront envoyés à Alger pour intervenir dans la ville, épaulés par les militaires français.




Le 8 février 1962, une manifestation pour protester contre l'OAS et la guerre d'Algérie et interdite par la Préfecture, fera 9 morts, dont un journaliste, et de très nombreux blessés après une charge de policiers devant le métro Charone... Loin d'être condamné  à l'époque par le gouvernement, cette manifestation restera longtemps gravé dans l'esprit des manifestants de gauche...



En mai 1968, les émeutes autour de la Sorbonne et dans plusieurs villes de France montrent que les techniques de maintien de l’ordre doivent être repensées.



En effet, sur les 7.000 agents de police, 3.500 CRS et 6.000 gendarmes qui seront sur la capitale durant ces évènements,  plus de 1.360 dont 460 gendarmes mobiles seront blessés durant ce mois de mai 68 et les débordements avec barricades ont montré la limite des moyens des forces de l’ordre.



Il est aussi étonnant de voir les tenues des gardes mobiles et CRS : chemise, cravate avec pantalon droit, et casques lourds, ainsi que les moyens à leur disposition: des fusils tenus pour repousser...


On peut voir aussi sur certaines photos que les positions sont laissées au choix. Ici des gendarmes mobiles. L’un des gendarmes officiers tient une mitraillette, 
mais on voit qu'il n'a pas de chargeur engagé.


Les gaz lacrymogènes ont d’ailleurs été utilisés en grande quantité.
 Ici un CRS avec un lanceur de lacrymos.


On peut voir aussi sur cette photo que les CRS avaient
la méthodologie du front linéaire avec leurs gros boucliers ronds.



Voici 2 Vidéos de Mai 68 
avec dans la 1ère, une interview du préfet de l'époque.






Droits et devoirs 
lors de manifestations en France


Pour faire face à toutes ces situations la FRANCE 
a développé 3 forces distinctes 
pour assurer le maintien de l'ordre:


Les Forces de Maintien de l'ordre en FRANCE
>>> Cliquez ici <<<


Voici d'autres sujets 
sur les forces anti-émeute:


















Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire